0009.jpg plinous.org



Le random tour
  1. J’ai laissé tomber Alice
  2. Les chats persans
  3. dEUS + Jeronimo
  4. sonnet 282
  5. sonnet 097
  6. Le nouvel amour est consternant
  7. Fais comme l’oisif...
  8. sonnet 059
  9. Gomorra
  10. Tout est dans La Correspondance (III)




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Année d’émoi (sonnets) > sonnet 068

sonnet 068

plinous, le jeudi 16 avril 2009.

Filant vers Poitiers dans un train très rapide
Je lis L’Écrivain périodique de Bernard Dort,
Soporifiques regrets d’un énarque enacide,
"J’aurais voulu être un artiiiiiiste !" ?
C’est mort.

A ma gauche, la jeune fille lit des mangas
Elle est branchée, je vois l’Ipod, son ventre nu
Le groupe de bruit contemporain (pas reconnu)
Qui détruit ses tympans, crache aussi sur mes pages
J’ai la berlue.

Grâce à la réflexion des verres porte-bagages
J’observe une endormie joliment chiffonnée
Son chemisier qui bâille opère un redressage
Je suis tout étonné