plinous.org



Le random tour
  1. Sonnet 216
  2. Sonnet 271
  3. Bonheur zaghouanesque
  4. Pauvre Bouilhet
  5. Sonnet 056
  6. Soulagement (WIP)
  7. Tout ce qui compte
  8. Deux mots sur Troie
  9. Sonnet 116
  10. Pourquoi se narrer ?




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 001

Sonnet 001

plinous, le jeudi 15 avril 1993.

Revenant de Strasbourg en voiture
Sous les giboulées d’avril je les ai vus courir
Deux, dans un champ vert, sous un ciel bleu
Bleu mais bleu sombre, impétueux, violent

Ils couraient comme deux fous et je me trouvais con
M’émerveillant ainsi pour une scène si banale
Urbain mental, je ne l’avais qu’en imagination

Là galopant seuls, les plus dingues les plus libres
Cet avril affranchi qui tonne comme le vieux Mars
Cet ensemble me semble une fabrication
Un tableau posé là par erreur, j’ai tort

Je revois Vendredi, le centaure
D’une des lettres de l’OCEAN
Séparation initiatique, j’avais dix ans