0362.jpg plinous.org



Le random tour
  1. sonnet 303
  2. Illustration pour les moutons (CFDT, centristes, socialistes...)
  3. sonnet 321
  4. sonnet 029
  5. sonnet 025
  6. Basic english
  7. sonnet 023
  8. La dernière séance
  9. La première gorgée de Buckler
  10. sonnet 017




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > hi hi iphone

hi hi iphone

plinous, le mercredi 10 janvier 2007.

Sujet du jour : "Apple c’est le bien".

Ahrrr, pas facile la vache. Alors, apple = la pomme, traduction fautive de l’instrument du péché originel... non, piste foireuse. Apple c’est bien parce que Bill Gates est méchant. Oui enfin Steve Jobs qui a toujours conçu des outils fermés (non compatibles et protégés) n’est pas très gentil non plus. Apple c’est bien parce que Steve Jobs est plus intelligent que Bill Gates. Oui mais alors pourquoi Bill Gates a gagné ? L’idée de permettre la copie de ses logiciels pour en assurer la diffusion massive et ainsi créer une dépendance était plutôt bonne comparée à la logique harpagonesque du Jobs. Non, c’est pas ça, Gates et Jobs on s’en bat les couilles, voilà : Apple c’est bien parce que ses produits sont beaux. Mmm, le bien = le beau, plutôt moyenâgeux comme conception, et en plus, mon petit lecteur mp3 à 50€ extra plat et ki na pa bezoin d’itune$, il est très chouette aussi. Apple c’est le bien parce que ça fonctionne mieux. Faux. Parce que c’est innovant. Faux. Ah mais merde j’en sais rien moi ! Bon, allons voir sur les sites de jeunes bobos, souvent ils savent ces trucs-là.

Ah, d’accord, ok, merci les gars. Donc résumons, Apple c’est le bien parce que ses produits te transfigurent (la transfiguration consumériale bien sûr ! comment j’ai pu oublier ce concept ?). Quand t’exhibes la dernière connerie super chère de Apple, tout de suite un halo de lumière blanche t’entoure et tous tes semblables te voient : jeune, intelligent, plutôt riche, branché, esthète etc.

Apple c’est le bien parce que tu es vain et que in vino veritas comme disait Socrate. (Retravailler la conclusion).