0077.jpg plinous.org



Le reste du chantier
  1. 1. En ce temps-là déjà...
  2. 2. C’était journée portes ouvertes à la ferme
  3. 3. Pin-pon
  4. 4. Flash back (just some illusions)
  5. 5. Le contrat
  6. 6. Urgences
  7. 7. Les enfants chauves




Suivre @plinous

Vers un verdict

plinous, le samedi 29 août 2015.

Quel cauchemar putain !
....
Où est Cécile ?... Qui parle avec Max ? Les grands-parents... Diffusion d’un acide froid dans tout le corps : il n’y a pas de cauchemar qui tienne ; c’est le vrai monde, un nouveau monde, mais vrai, avec un fils cancéreux dedans. C’est pas possible, quelle saloperie ! Qu’est-ce qu’on va devenir s’il ne s’en sort pas ? Est-ce que Cécile y survivra ?

Ça gazouille dans la chambre de Fabien. Les parents de Cécile s’y sont installés, Max est avec eux. Comment lui expliquer les choses ? Cécile et moi faisons partie des parents qui ne préjugent pas de la compréhension des enfants et qui leur parlent, en langage naturel, pas en gogol. Ce qui ne veut pas dire qu’on les bassine avec des trucs hors de leur portée, on répond simplement aux questions de l’aîné, quelles qu’elles soient, et on nomme les choses que rencontre le cadet, en articulant normalement. Sauf que là il va falloir lui parler d’une absence au cadet, expliquer au bonhomme Max pourquoi son frère n’est pas à la maison, et ce avec des concepts et dans une langue abordables à dix-huit mois...

Bon, café déjà. Chercher du pain. Voiture. D’habitude je prends le vélo pour les petites courses à Groville (trois kilomètres), mais là non, voiture. Le silo, les champs, l’affiche Intermarché à l’entrée de Groville, tout est désormais comme recouvert d’une surcouche d’irréalité. Ou plus exactement tout appelle au doute : est-ce que c’est sérieux ce vieux qui traverse, serrer le frein à main, "une baguette pas trop cuite s’il vous plaît"...? Bien sûr, on connaît tous - enfin presque tous, toi qui lis tu connais - ces moments d’étonnement contemplatif où on questionne le donné eu égard à l’avant Big Bang, à l’infini qui s’étend etc. Ces moments procèdent d’une méditation, d’une rêverie ou d’une réflexion volontaire. Ici, la mise à distance est subie, et je me doute déjà que cet état n’est pas bon, qu’il recèle un fond de morbidité, que si je ne crois pas en cette baguette, alors je verserai dans le scepticisme, la philosophie des chiens. Les miens n’ont pas besoin d’un aquaboniste, mais d’un mec qui résiste.