0387.jpg plinous.org



Le random tour
  1. sonnet 345
  2. sonnet 219
  3. bloggers worth goths
  4. sonnet 259
  5. sonnet 150
  6. La vibration Vaneigem
  7. Girls in Tournefeuille
  8. Game of Thrones : ce qui résonne
  9. Refusé 19 : Armageddon
  10. sonnet 138




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Une claque qu’on n’esquivera pas

Une claque qu’on n’esquivera pas

plinous, le dimanche 6 mai 2007.

Il y a des entreprises comme ça qui paraissent titanesques, impossibles, trop. Marivaux et la cité, dans une cité, avec de jeunes comédiens, le truc paraît tellement casse-gueule sur le papier, que non, ça va pas être possible. Ça l’est pourtant pour Abdellatif Kechiche, et devant tant de talent, osons le mot : respect ! Tous les écueils sont là pourtant, on les voit bien, y a le Rohmer à droite qui demanderait aux acteurs de surtout bien articuler, y a le Richet à gauche (Ma 6-t va crack-er) qui nous expliquerait bien tout sur l’injustice sociale ; la passe est vraiment étroite. Gloire à celui qui vaint les périls ; le film est d’une beauté à couper le souffle ! Les acteurs sont énormes, et au-delà. On sort d’un film comme celui-là en se disant que décidément les comédiens sont des êtres à part. Comment peut-on être aussi juste sans être ? C’est le fameux paradoxe. Cette prof de français par exemple (Carole Franck), c’est hallucinant, plus vrai que nature, n’importe quel proviseur la recrute demain. L’effet de réel tient aussi à l’art de Kechiche, qui filme en documentariste et qui surtout doit être un pédagogue hors norme, doublé sans doute d’un maniaque. Parce qu’une actrice confirmée encore, mais des jeunes - même de jeunes comédiens - comment fait-on pour les rendre aussi crédibles ? Enfin le résultat est là : un film complexe qui ose le jeu dans le jeu, qui libère la parole en confrontant les langues (on écoute d’autant plus les personnages parlant banlieue qu’on les a vus marivauder), qui casse de la caricature, et qui au final est beau et simple comme une évidence. Du grand art.

*****

Lu dans Chagrin d’école de Pennac :

À combien de gosses des cités notre meneur de jeu [1] effrayé par les adolescents de L’esquive a-t-il eu affaire, personnellement ? Peut-il seulement les compter sur les doigts d’une main ? Aucune importance, il lui suffit de les entendre parler dans un film, d’écouter trente secondes de leur musique à la radio, de voir brûler des voitures lors d’une flambée sociale en banlieue, pour qu’il soit saisi d’une terreur générique, et les désigne comme l’armée des cancres qui aura raison de notre civilisation.

[1Pennac ne précise pas qui est ce "meneur de jeu" mais on sait qu’il s’agit de l’animateur de débats de haute tenue sur une radio... Mon pari : Finkielkraut, notre scrogneugneu national !