0281.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Le nouvel amour est consternant
  2. Mes photos sont chez Yahoo!... pour toujours !
  3. sonnet 155
  4. sonnet 081
  5. The Big Lebowski et la guerre
  6. Les profs de lettres ne sont pas une bonne idée
  7. Mimosas II
  8. sonnet 327
  9. sonnet 358
  10. sonnet 234




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Préfaite par le sinistre

Préfaite par le sinistre

plinous, le lundi 12 décembre 2005.

C’est d’abord surprenant d’entendre une préfète de la République parler de "teufeurs en manque". Dans les salons feutrés de la préfecture, au milieu de tous ses collaborateurs empalés sur balais, on imagine mal la dame raconter sa "teuf" du week-end. Ensuite, c’est un peu choquant quand même, car à l’entendre, les teufeurs sont tous et nécessairement "en manque", drogués donc, plus : accros. Attention : loin de moi l’idée de jouer le petit prude ; la drogue en teuf, oui, je crois qu’y en a... je me souviens même de Bart Simpson, enfin bref. Mais bon, peut-être pas plus qu’en boîte, et de toute façon, pourquoi jouer la provoc ? Une préfète va parler de "menace pour l’ordre public", de "rassemblement non autorisé" etc. Pourquoi donner dans le "teufeur en manque", insultant et parfaitement ridicule dans la bouche d’une grosse légume officielle ? La réponse est simple : l’exemple vient d’en haut. Quand le chef "karcherise la racaille", le sous chef peut bien se foutre de la gueule de jeunes hirsutes qui feraient mieux de travailler. Cette dérive du langage étatique est assez inquiétante. Si la République se permet de stigmatiser sans discernement des franges de la population, alors on peut s’attendre à voir les extrémistes déverser des tonnes de vomi sur les dites franges. Tout ça nous ramènera aux années trente, où l’ordure s’étalait partout avec le résultat qu’on sait. J’aime de plus en plus ce pays qui rajeunit et qui va de l’avant dans un esprit de tolérance et d’ouverture.

Complément d’info et rappel des faits.