0022.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Despentes, la belle rage
  2. sonnet 064
  3. Paradoxes drolatiques
  4. dEUS + Jeronimo
  5. Les cloches sont bien passées
  6. Pauvre Bouilhet
  7. le mystère des solaires sombres
  8. ICHTUS
  9. sonnet 260
  10. BBQ is back




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Poum-poum et politique

Poum-poum et politique

plinous, le jeudi 10 juillet 2008.

Mangez épicé, c’est bon pour le poum-poum ! (Jacques Chirac [1])

Faisons simple : Sexus politicus est un bon livre pour l’été. Son prix en poche est modique - équivalent de douze saucisses knack chez Leader Price, les chapitres sont courts et le sujet toujours porteur - on mettrait le mot "sexe" sur des pneus qu’ils se vendraient bien mieux. Sérieusement le bouquin est de bonne facture. Au-delà de quelques anecdotes marrantes [2], le propos est bien de montrer que "la vérité, c’est qu’en politique tout est permis" y compris l’utilisation du cul. Le livre, objectivement plus politique que people sex, est vraiment intéressant. Et si en sus les auteurs se sont fait un peu de bien au niveau du compte en banque, tant mieux pour eux. Bon, la réserve de rigueur : quand on dévoile, on dévoile... Or, si certains sont bien mis à poil, d’autres ont droit à un pudique voile sibyllin :

Quand Laurent Fabius présidait l’assemblée nationale, entre 1997 et 2000, les huissiers observaient déjà le manège d’une jolie femme, un manequin devenue chanteuse, laquelle venait souvent lui rendre visite. (P. 355)

"Un mannequin devenue chanteuse"... pourquoi tout à coup une périphrase ? Parce qu’on parle de la femme du président ? Un peu de couilles les gars, faut coller au sujet.

Conclusion : bon pour la plage (pour ceux qui peuvent encore s’offrir la plage).

Sexus politicus / Christophe Deloire, Christophe Dubois. - J’ai lu.

[1p.166.

[2- "Entre tes seins, je me fous de la Yougoslavie" (un ministre des affaires étrangères des années 30 - p.192),
- "Mon mari n’a jamais eu besoin d’un révolver pour se faire tailler une pipe" (Isabelle Balkany - p. 305).