0723.jpg plinous.org



Le random tour
  1. sonnet 177
  2. Et pendant ce temps-là, Nano-Empereur et ses amis...
  3. sonnet 013
  4. sonnet 338
  5. Une claque qu’on n’esquivera pas
  6. Pourquoi se narrer ?
  7. sonnet 212
  8. sonnet 325
  9. sonnet 086
  10. sonnet 055




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Pleurer

Pleurer

plinous, le samedi 12 janvier 2008.

On pleure parce que son fils est malade ou parce que sa grand-mère est morte ; on pleure parce qu’on est triste ; parce qu’il y a de quoi. On ne pleure pas parce que c’est triste, dans le film, ou dans la série. Surtout on ne pleure pas devant la téloche parce qu’on n’est pas une gonzesse, ni un gosse, qu’on a du poil partout, pas pd etc.

Bien, encore raté donc. C’est La Tête de maman ce coup-là. Il faut dire que le cocktail composé par Carine Tardieu est costaud : Karin Viard + musique minimaliste avec trois notes qui tombent comme des gouttes sur une mare tous les quarts d’heure + fantaisie onirique + tous les autres acteurs + tout + ce tout toujours à la limite du faux comme il se doit ; cela est fait pour produire son effet, dès que la perfusion est détachée. Mais ne cherchons pas d’excuses.

En fait il ne faut pas s’excuser. Flaubert - et combien d’autres ? s’étonnait lui aussi d’être sec dans la vie et débordant dans le fictif (cf .mort). Pourtant, l’accablement ressenti à la mort de son père, entre autres, ne fait aucun doute. C’est que l’absence de larmes ne trahit pas une sécheresse du coeur, a fortiori chez les sensibles, n’en déplaise à belle-maman. Au contraire, il est évident que pleurer console, quand ce n’est pas une source de volupté. Tant mieux pour ceux qui peuvent évacuer la douleur en même temps qu’ils la ressentent, dans un flot lacrymal qui semble approprié. Il en est d’autres qui se trempent comme une madeleine lorsqu’une réminiscence vague et libératrice est provoquée par un objet tiers, extérieur, faux... un artifact.

Coeurs d’artichaud ? Si vous voulez, on ne va pas passer la journée là-dessus. Juste : La tête de maman, si vous ne l’avez pas vu.