0444.jpg plinous.org



Le random tour
  1. A book about nothing (with a new world inside)
  2. sonnet 037
  3. Entretien
  4. sonnet 335
  5. bloggers worth goths
  6. As-tu bien écouté Booba ?
  7. sonnet 212
  8. Scène de vie en Y Chromosomie
  9. Le pipeline de Bassorah
  10. sonnet 035




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Pas de ton clan, pas de ta race

Pas de ton clan, pas de ta race

plinous, le mercredi 1er novembre 2006.

Ainsi donc la blogosphère n’était pas communiste. Quelle révélation ! Il est con ce plinous, des fois comme ça il redécouvre le monde, ahuri, "tiens, la pluie ça mouille". Eh oui gars, la think panzer division du web français, déployée sur une vingtaine de sites auto-linkés, est une blogogeoisie [1], voire une blogobobogeoisie, qui habite le centre ville (de Paris), et qui est toujours tout juste comme il faut, comme les affaires du petit ours ; ni trop ni pas assez hype, ni comique ni déprime, ni coincée ni cul, ni tout ni rien... "Honnête" comme on disait au 17ème, dans les cercles, déjà. Et ce petit monde vicié, il vote, lui. Il vote au milleu ; celui de Bayrou pour les plus prude(nt)s, celui de DSK pour les plus résolus, le milieu de Sarko pour les rares affranchis, le milieu de Ségo pour les masochistes, enfin pour tout ce qui n’est pas périphérique, hors norme, électroniquement libre, tout ce qui, par des initiatives forcément dangereuses, pourrait déstabiliser notre beau noyau démocratique, notre modèle social, notre État, champion des droits de l’homme quoiqu’on en dise. Bien sûr la banlieue, la violence sociale, l’exclusion, Mars, ça doit exister, on le dit. Mais pas d’arguments "plébés" que diable ! Du sang froid, de la modération, con-centrons-nous ! La révolution, c’est derrière la couronne (la première), et quelle révolution ! Elle brûle des bus ! Ah les cons ! Blogueurs du premier cercle, unissons-nous [2] contre l’obscurité démagogique ; que la force centristifuge soit avec nous !

"DSK, résolument", ce titre antithétique (pour moi) a au moins ce mérite de faire tomber le masque. Et ce n’est qu’un début, gageons que durant les six mois qui viennent, professions de foi hollandistes et autres coming-out bayrouésiens vont animer les débats de la jet-set blogosphérique. Tous ces engagements résolus auront un point commun : l’aspiration au raisonnab, Chérèque président ! Le statu-quo de fait. Nos trentenaires urbains et socialement bien intégrés s’accommodent bien des miettes que leur laisse la mondialisation libérale ; donnez-leur un portable connecté pour exhiber leur idiosyncrasie et tout baigne ; Che Guevara, ça fait bien sur le T-shirt, mais bon, sérieusement. Regardez son enseigne à celui-là : "Radical-chic" (dot com), avec l’étoile-rouge pailletée. Cet oxymore dit toute la vanité du projet. Et si vous lisez le post linké plus haut, ne loupez pas les commentaires, on y découvre le superbe lapsus commis lors d’une première rédaction : "Strass-Kahn" ; encore un qui pourra maudire Freud de voir tous ses efforts rhétoriques ramenés à la vérité d’un mot.

Une conclusion constructive ? Non. D’abord parce que moi, je ne donne pas dans le chic, je conchie quand bon me semble, sans autre fin. Ensuite, parce que la situation politique fait que ma radicalité grossière ne voit pour l’instant d’autre voie d’expression électorale que celle-ci : Hulot au premier tour - si Hulot il y a, abstention au second, quelque soit la configuration de celui-ci. Le maintient de l’ordre, c’est-à-dire du désordre entropique mondial, sous la férule d’une maîtresse rose, d’un nain bleu ou de n’importe qui, ne m’intéresse pas. Cela dit, no strass boboblogueurs, l’avenir est à vous ! Polémiquez ad nauseam sur la meilleure non-alternative possible, avec un peu de chance vos billets les plus inspirés seront cités dans Libé ou Télérama. Allez, il est temps, que je termine ce post, j’ai les Bobos de Renaud dans la tête, c’est vous dire si elle craint, cette blogosphère.

[1Le terme est de chryde.

[2Pas gagné ça, l’union des forces de l’élite blogosphérienne. Tout le monde est capitaine de son navire dans cette armée mexicaine, et pas seulement le cake d’Embruns. Même s’ils partagent une même sensibilité, de gros ego conglomérés ne formeront jamais une structure bien solide. Ça peut donc valoir le coup de lui balancer un gros pavé sur la tronche.