0799.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Nantes, un MBA pour goths ?
  2. Once
  3. sonnet 266
  4. Tout est dans La Correspondance (II)
  5. sonnet 165
  6. Un tout petit monde
  7. sonnet 282
  8. Ça, c’est un baiser
  9. sonnet 336
  10. Correspondance




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Non

Non

plinous, le lundi 30 mai 2005.

Ouf, c’est fini. Encore une pause café à boycotter ce matin et puis ça devrait être bon ; c’est non, c’est tranché. Je veux dire, je téléphone hier à ma mère pour lui souhaiter sa fête :

- ouais on a été voir le meeting à Nantes avec Bové, Besancenot, Attac, Copernic... c’était super, faut que tu changes d’avis...
- Je t’appelais surtout pour la fête des mères Maman.
- Oui, merci beaucoup mon fils, mais tu sais... important... propagande... salauds... ras-le-bol...

Aujourd’hui je respire mieux. Ma femme est contente (discrètement), mon cadet de cinq ans aussi - "parce que les turcs vont pas venir chez nous" [1], mes amis, mes collègues, tout le monde est heureux, et moi aussi par conséquent. Et puis voyons les bons côtés de la chose : terminé les délocalisations, fini la progression du chômage, plus de filles de l’est dans les rues de nos villes... Que du bonheur en perspective.

Hier j’ai emmené mon aîné voir La revanche des Sith, c’était magnifique. A la fin, lorsque l’empereur et Vador regardent l’étoile noire en construction, j’ai pris trente ans dans la gueule, le second effet de la boucle parfaitement maîtrisée. Quand j’avais l’âge de mon gars, mon père m’avait emmené voir l’épisode IV, qui n’était que le I à l’époque. En ce temps-là, Europe rimait avec an 2000, c’était l’avenir, une construction positive. La gauche montait aussi, et j’ai tiré mes premiers coups sous Mitterrand. Le siècle de mes gosses commence avec une victoire de Chirac sur Le Pen et un NON à l’Europe, pardon à un traité instituant [2]... Reste à souhaiter que la prochaine étape constitue "un nouvel espoir"...

[1Au Café du commerce : "Les turcs en Europe ? Ha ha ! Non mais je vous le demande, qu’est-ce qu’on a de commun avec ces gens là ? On est civilisés nous, on bande mou !"

[2J’ai voté oui, non par amour du projet de traité qui nous était proposé, mais parce que je pense que le rassemblement des peuples, même sous une bannière marchande, est à terme un gage de progrès social. Et aussi pour en finir avec la belliqueuse "nation", chère aux intellectuels héroïques.