index.htm plinous.org



Le random tour
  1. sonnet 109
  2. Correspondance
  3. sonnet 273
  4. _nxt
  5. Du procès d’intention au fait accompli
  6. sonnet 124
  7. sonnet 262
  8. sonnet 146
  9. sonnet 026
  10. sonnet 013




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Littérature > Mémoires du divin Joyaux

Mémoires du divin Joyaux

plinous, le mercredi 23 juillet 2008.

La lecture des "Mémoires" de Sollers peut procurer un certain plaisir, oui, surtout si la littérature et le petit monde qui la fait éveillent votre curiosité. Mais franchement, comparé au potentiel d’une telle oeuvre - Sollers a été adoubé par Mauriac et Aragon, il a été au coeur de toute la vie littéraire de la seconde moitié du XXè siècle - le résultat est bien décevant. L’objet véritable de ce "vrai roman" est une auto-promotion très rapidement insupportable. Mes livres sont merveilleux, lisez-les, mais lisez-les bordel ! Cette idée ? On me la doit. Mon rôle dans cette affaire ? Fondamental. Ma place dans la littérature française après Proust ? La première. Certes, on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même et provoquez, les cons feront écho (dont acte)... Oui mais non, en termes de stratégie, Sollers n’est pas Sun Zi, sa réclame permanente a tôt fait de lasser, et le lecteur de conclure : "putain, quel gâchis !"

Après, il y a la propagande catholique aussi, mais ça à la limite c’est affaire de foi ; très bien donc... Sauf que :

Inutile de préciser que je suis, depuis fort longtemps, un défenseur des droits de l’homme en Chine, et que je n’ai rien contre l’avortement, le préservatif, l’homosexualité, et autres obsessions du temps. (P.130)

Ce propos rappelle une intervention du défunt Lustiger au 20H de France 2 (à vérifier) après le succès des JMJ de Paris en 1997. Alors que le journaliste l’interrogeait sur la question du préservatif (en pleine expansion du SIDA), le cardinal s’était emporté, déclarant tout rouge : « Nous ne sommes pas des obsédés sexuels ». C’était déjà bien la question ! Retrouver cet esprit sous la plume d’un casanova pas peu fier est assez désolant.

Un vrai roman : Mémoires /Philippe Sollers. - Plon.