0197.jpg plinous.org



Le random tour
  1. sonnet 303
  2. Qu’est-ce que la littérature (en avril 2008) ?
  3. English improvement : the quiz !
  4. Toujours recommencée
  5. linkage/délinkage
  6. Un voyage fantastique
  7. L’inconditionnel
  8. sonnet 035
  9. sonnet 055
  10. Tintin en Tchétchénie




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Le vilain lin chinois

Le vilain lin chinois

plinous, le samedi 11 juin 2005.

Les restes de l’Europe ont donc trouvé un accord avec la Chine sur une limitation des exportations de textile chinois. En voilà une bonne chose ! réjouissance chez les camemberts-baguettes. Euh... pas unanime la réjouissance. Par chez moi, j’en connais même qui font franchement la gueule du haut de leurs tracteurs-gps-clim-son dolby. Il faut dire que le pays de KO est le premier producteur AU MONDE de lin. Absolument. C’est très difficile de faire du lin, il faut des conditions climatiques de merde qu’on ne trouve qu’ici. Ce lin, il n’y a pas encore si longtemps, était vendu à des filatures locales qui, les pauvres, ont fermé. Mais tout le monde ne pleure pas dans le pays de KO, car un acheteur insatiable absorbe désormais toute la production, tout, tout ; si le lin ne fatiguait pas tant la terre (en théorie on ne peut en faire qu’une année sur six), toute la région en serait couverte, ce qui donnerait l’été une ondulation bleue à perte de vue - mais ne nous égarons pas en poésie. L’acheteur, donc, c’est le chinois, vous aviez deviné. Donc, reprenons : le vilain fil de lin qui revient de la vilaine Chine pour niquer le textile national a été produit par... eh oui, nos agriculteurs-nababs. Décidément, rien n’est simple, tout se complique.