0318.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Les nombilistes et les désaxés
  2. Refusé 05 : Princesse
  3. linkage/délinkage
  4. Hypnerotomachia Poliphili
  5. Refusé 14 : Passerelle
  6. sonnet 187
  7. le mystère des solaires sombres
  8. A book about nothing (with a new world inside)
  9. Kantes que ça passe ?
  10. Sous le volcan Chernault




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Littérature > Le journal gris des deux philadelphes, I

Le journal gris des deux philadelphes, I

1851-1865
plinous, le dimanche 8 juin 2008.

Notes de lecture.

1852. P.38 : Caractère et invention poétique et fantaisiste, que le rêve donne aux souffrances physiques et naturelles. La colique, ainsi, devient une chose romanesque ; des brigands vous fouillent les entrailles etc. Freud n’a rien inventé.

1852. P.55 :
- Mme Sand. - Je ferai connaître votre conduite...
- Clésinger. - Et moi, je sculpterai votre cul. Tout le monde le reconnaîtra.

12 mai 1857. P.259 : Gautier - le styliste à l’habit rouge, pour le bourgeois : le plus étonnant bon sens des choses littéraires, le jugement le plus sain, une lucidité terrible jaillissant en petites phrases toutes simples, sur une voix qui est comme une caresse estompée. Cet homme, au premier abord fermé et comme enseveli sur lui-même, a décidément un grand charme et est sympathique au plus haut degré. Il dit que, quand il a voulu faire quelque chose de bien , il l’a toujours commencé en vers, parce qu’il y a touours une incertitude sur la forme de la prose, tandis qu’un vers, quand il est bon, est une chose frappée comme une médaille ;

12 mai 1857. P.271 : M. Barbey [d’Aurevilly] ne veut plus qu’on parle du XVIIIe siècle, parce que c’est un siècle immoral. Ne pas oublier que M. Barbey est un impérialiste ; ne pas oublier que l’homme qui nous fait une leçon de moralité, l’homme dont il est impossible d’avoir l’adresse au Pays à cause de ses créanciers, est un homme qui raconte aux gens qu’il voit pour la seconde fois l’histoire de ses viols : s’adresser à Gavarni. Honneur d’être insulté par l’insulteur de Hugo.

Journal : Mémoires de la vie littéraire I - 1851-1865 / Edmond et Jules de Goncourt. - Robert Laffont : Bouquins.