0151.jpg plinous.org



Le random tour
  1. sonnet 331
  2. Société médiévale
  3. sonnet 056
  4. sonnet 240
  5. Refusé 12 : Page blanche
  6. Essai transformé
  7. Fortino Samano
  8. Beautiful star
  9. As-tu bien lu Jacques le fataliste ?
  10. Sequestruc




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Le chien qui avait trop de classe pour le voisinage

Le chien qui avait trop de classe pour le voisinage

plinous, le dimanche 14 décembre 2003.

Dominique Laboubée, leader des Dogs, l’un des groupes les plus légendaires du rock, est décédé le 09 octobre 2002. Depuis, je cherche à rendre hommage à ce mec qui m’a fait vivre quelques concerts mémorables. j’ai retrouvé cet article de mon journal qui s’appelait alors CakeNews, je crois qu’il donne une idée de la joie que pouvait balancer les Dogs sur scène.

Nous sommes le 31/03/2002 , c’est le CakeNews n°5

LES DOGS A SAINT-VAAST-LA-HOUGUE : LEGENDARY ROCKERS !

JPEG -
Too much class !

Pas de baratin sur la légende rock. 4 mecs ont simplement débarqué à minuit trente dans un rade vaguement déguisé en boîte, l’un d’entre eux, lunettes noires, a dit : "bonsoir à tous, merci d’être venus, let’s go !" Et deux heures de bonheur. Du parigo branché au jeune pêcheur déchiré, tout le monde a bu son petit lait. Un vrai moment de rock’n’roll.

C’était avant hier mais je ne m’en suis pas encore bien remis. Les Dogs sont passés comme une tornade bienfaisante sur un port de Saint-Vaast baigné dans la douceur d’un magnifique week-end pascal. Beau.

MP3 -
I do remember, I do remember well...

Non, non, je vais pas vous la raconter "j’y étais" etc. Pas de mythologie, pas d’enflure de critiques rock, pas de superlatifs épuisés, juste vous dire que ces quatre lettres placardées sur un mur, D.O.G.S, ont un sens ; elles signifient grande claque dans la gueule, de ces gifles qui contrairement aux vraies remettent effectivement les idées en place, de ces gifles qui vous donnent du plaisir, sans masochisme aucun.

JPEG -
22H30... Jamais avant minuit.

Aucune nostalgie ici non plus, accordez-moi au moins le bénéfice du doute. C’est vrai que les Dogs sont pour moi, pêle-mêle, les premiers accords, les premiers concerts, les premières bières, les premiers pèts, enfin toute la panoplie du jeune branleur inspiré. Je reconnais que leur musique de dingues m’a fait l’effet d’une madeleine trempée dans l’acide, mais c’est la surprise qui a provoqué cette remontée violente. J’y allais pour voir ça du point de vue de l’artiste raté, me mirer en quelque sorte et accessoirement boire de la bière et me laver les oreilles. On était peut-être deux cents, on a dansé, ou titubé, ou trépigné, ou aboyé, tous. C’était du vrai bon speed. Et j’en viens à me dire qu’on n’est pas si idiot que ça à 17 ans. Peut-être même qu’on n’est jamais idiot, ou qu’on l’est toujours, parce qu’on a le même coeur.

MP3 -
He’s been tryin’ - he never give up

Les Dogs, c’est quatre types qui jouent à 50cm des premiers spectateurs, sans ceinture, sans licol non plus, à fond, en sueur, et bien. Sombres évidemment, limite transylvaniens voire translucides - la vie est ainsi faite, les anges sont souvent noirs et puis le poids de la légende (Kinks, Stooges...). Mais ces mecs ne vous pompent pas le sang, ils vous en injectent.

MP3 -
’yes they know, you’re such a big star

Voir en ligne :
- Dogs connection,
- un sonnet plinien.

nota bene : tous les extraits sonores sont issus de l’album live Short, fast & tight.

HTML -
article Libé