0369.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Mrs Dalloway
  2. Refusé 07 : Paris
  3. sonnet 262
  4. Société médiévale
  5. sonnet 192
  6. sonnet 275
  7. L’Affaire du Dahlia noir
  8. sonnet 364
  9. Le sang qui court est rouge
  10. sonnet 119




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Littérature > La lune avait des trous

La lune avait des trous

plinous, le mercredi 26 octobre 2005.

Cassie Black, la championne de l’arnaque, vend des Porsche en attendant de retourner à Vegas pour blouser un porteur de valises de la Cuba Nostra. Et qui c’est qui achète des Porsche à L.A. ? Des petits trous du cul de scénaristes qui viennent de décrocher un contrat avec un studio et qui veulent se la péter sur Mulholland en parfaits parvenus qu’ils sont. Pas des écrivains, ça, pas des Connelly !

Amusant ce petit règlement de comptes dans La lune était noire. D’autant plus rigolo que ce roman (bon dans les deux premier tiers) est complètement calibré adaptation ciné. C’est un scénario développé, avec prédécoupage des scènes. Scène 1 : Cassie défait les menottes aux poignets de Hernandez endormi. Coupure. Scène 2 : Grimaldi montre à Karch le cadavre de Hernandez. Evidemment, l’important est dans la coupure, c’est le rebondissement final. (Moi je verrais bien Dennis Hopper dans le rôle de Karch, l’infâme magicien.)

C’est brillant Connelly, captivant, comme les bons scénars hollywoodiens. Mais faut quand même être bon public, avoir envie de se détendre, parce qu’il faut l’aider Connelly, il faut jouer le jeu. Le plan des "interruptions" (on coupe, scène suivante) est un procédé romanesque assez grossier. C’est pas un Ellroy qui vous ferait ça. Bien sûr, le lecteur n’a jamais aucune chance de trouver le coupable avant la fin dans le roman policier, puisque les éléments de l’affaire lui sont dévoilés au fur et à mesure du récit, mais laissons-le y croire ! Si l’auteur éteint la lumière au milieu d’une bagarre pour la rallumer sur un cadavre au début du chapitre suivant, bon bah il a compris le lecteur, c’est pas la peine qu’il s’emmerde, on lui cache tout on lui dit rien, autant se laisser porter jusqu’à la fin.

Bref, Connelly c’est de la littérature de feignant.

La lune était noire /Michael Connelly. - Livraphone.