0337.jpg plinous.org



Le random tour
  1. sonnet 267
  2. sonnet 083
  3. Un Goncourt qui a de la gueule
  4. sonnet 128
  5. Triper aux states avec un prof de littérature anglaise reconverti fermier
  6. sonnet 262
  7. sonnet 331
  8. sonnet 075
  9. Ephèse - Priène - Milet - Didyme
  10. sonnet 159




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > L’île des blaireaux

L’île des blaireaux

plinous, le dimanche 22 août 2004.

Vautré devant L’île de la tentation hier, je pensais m’endormir doucement mais finalement j’ai tenu jusqu’au bout, telle la ménagère qui s’encanaille ou le jeune couple qui s’emmerde déjà. Ce qui m’a plu, c’est la nullité des mecs, consternante et réjouissante. Que l’émission soit bidonnée à fond n’y change rien, elle agit comme un révélateur : dans la société actuelle les mecs font les paons et les femmes décident.

Sur les quatre mecs à tenter, trois se la pétaient bien au début de la série, genre "pourquoi pas, on verra bien, peut-être que je me laisserai faire, elle est quand même bonne celle-là" etc.). Le quatrième, maqué avec la chaudasse blonde, ne faisait pas le cake ; lui c’est le genre chien fidèle, a abdiqué depuis longtemps. Les quatre filles quant à elles ne parlaient au début que préservation de leur couple, même si la blonde déjà mentionnée ne cachait pas ses intentions de s’amuser un peu, gentiment.

Arrivés là... Les trois cakes sont dans une zone complète et le chien battu avec, hénaurme ! Le cake qui ressemble à Vim Diesel, très "finalement on est pas mal ici avec ces putes" dans les premiers épisodes, a bel et bien perdu sa nénette qui s’éclate dans les bras du galant Mehdi. Le fou, un grand métis aux yeux clairs surchauffé à la testostérone enrichie, se voyait fourrer toutes les tentatrices et puis consoler sa jolie biquette à la fin. Ah ! Elle a bien pleuré biquette quand elle a vu les images de son fauve libéré, pleuré des rivières et des rivières, et puis hier soir crac-crac, avec Patrick ; charmant Patrick. Mort de rire ! Le troisième cake, le castor, se prend un gros rateau avec une tentatrice et se confie même : "tu sais, j’ai l’habitude"... Sa copine, elle, dort tranquille, avec un bellâtre, dans le même pieu. Trop fort ! Quant à la meuf du chien battu, qu’est-ce qu’elle a envie de se faire mettre par Florent, et qu’est-ce qu’elle le dit ! Ce sera sympa de regarder la k7 plus tard, en couple !!!

Y a pas. Les mecs aujourd’hui s’épilent partout, gonflent leurs muscles et paradent ; les filles tracent leur chemin et, quand ça les titille, gaulent un titi qui passe. Si l’engin déconne, jeté ! Pourquoi s’emmerder avec un cake ?

La solution ? Arrêtez l’épilation les mecs, bouquinez un peu. Croyez-en un vieux combattant.