0444.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Un peu plus loin sur la droite
  2. sonnet 288
  3. Je suis le génie total !
  4. Around the world, around...
  5. As-tu bien lu Jacques le fataliste ?
  6. sonnet 107
  7. Message à son administrateur système
  8. sonnet 130
  9. Intermittence
  10. sonnet 023




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Gonzales + Cherhal

Gonzales + Cherhal

plinous, le mercredi 20 octobre 2004.

Ah oui, il s’est vraiment passé quelque chose hier. Gonzales + Jeanne Cherhal, putain de bon moment !

Gonzales, c’est un pianiste, le show, un show de concertiste. Quelques détails dénotent toutefois : le type est chaussé de grosses pantoufles, le piano est une grosse usine de saloon et un dispositif genre webcam projette l’image du clavier sur un écran rectangulaire géant (je dirais 20m sur 2) perché presque au niveau du plafond. Le tout donne une ambiance étrange dans laquelle s’écoule une musique très... très belle hein, tout simplement ; le nom de Keith Jarrett m’est venu à l’esprit un moment mais c’est autre chose ; en tous les cas, rien à voir avec le Hip-hop - il paraît que Gonzales en vient (!?). Le contact avec le public est excellent. Deux trois vannes Carambar, quelques poses au piano et des reprises de thèmes des Bee Gees ou autres Lionel Ritchie permettent de casser toute grandiloquence : ni jazzman, ni pingouin, Gonzales est un artiste qui joue du piano, magnifiquement. Salle chauffée à blanc quand il quitte la scène.

Grosse pression sur la Jeanne, donc. La petite nénette qui s’est fait une tête de Barbara arrive sur scène accompagnée d’un ours. Elle s’installe derrière un vrai piano et attaque par sa chanson sur les ragnagna (12 fois par an). On se dit "tiens, elle les a sûrement, elle va pas être en forme"... L’impression se dissippe rapidos. L’ours se révèle un guitariste overtouch et la Jeanne, dont la voix est claire, nette et sans bavure, impose une présence sidérante. C’est la classe en fait, sauf les "en fait" d’ailleurs qu’elle case dix fois dès qu’elle dit deux mots, comme ma soeur. Les chagrins grommellent déjà que Jeanne Cherhal est RTLisée, FNACquisée etc. Merde ! C’est pas Jennifer la Jeanne ! Son succès elle le mérite, en s’imposant avec guitare, piano ou basse sur des scènes noires. C’est la nouvelle Piaf "en fait".