0197.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Refusé 19 : Armageddon
  2. sonnet 129
  3. Rabelais (notes)
  4. sonnet 202
  5. HJ by DL
  6. Du symbole à la métaphore
  7. sonnet 334
  8. Du procès d’intention au fait accompli
  9. Moi King Kong, toi Virginie
  10. Bris de Flaubert




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Littérature > Études sur l’amûr

Études sur l’amûr

plinous, le mercredi 21 septembre 2005.

Études sur l’amour /Jose Ortega y Gasset. - Rivages poche.

Ai lu ces Études sur l’amour suite à une mention d’Ortega y Gasset dans Le Sacré et le profane de Mircea Eliade. Ai été très déçu. Une pensée autoritaire(1) par un type très imbu de lui-même qui s’autorise des délires de café du commerce(2).

1. ... J’ai plusieurs fois exposé cette idée et j’ai pu observer qu’elle provoque, avec un certain automatisme, un premier mouvement de protestation et de résistance, [...] cette résistance automatique revient à une confirmation de sa vérité. (P. 111). On s’oppose à mes idées, j’ai donc raison ; une rhétorique butée qui rejoint les certitudes du parler marxiste pour qui toute opposition est de classe, du psychanalytique pour qui toute dénégation est aveu, du chrétien pour qui tout refus est quête [1].

2. (Pour vous mesdames). On pourrait dire que l’âme féminine tend à vivre avec un axe attentionnel unique, qu’elle est, à chaque époque de sa vie, dirigée sur une seule chose. Pour l’hypnotiser ou la rendre amoureuse, il suffit de capter cet unique rayon de son attention. La structure concentrique de l’âme féminine a son contraire dans le psychisme de l’homme où il y a toujours des épicentres. (P. 102).

Autres notes :

L’amour et la haine sont des flux continus de l’âme vers l’objet qui l’obnubile. (P.40).

Stendhal n’est pas un philosophe. Le fait qu’il possède une abondante collection de théories en est la meilleure preuve. Le philosophe n’en possède qu’une. (P. 43).

Chateaubriand n’est pas un bel homme. Petit et voûté. Toujours de mauvaise humeur, désagréable, distant. Sa passion pour la femme qu’il aime dure huit jours. Cependant, cette femme qui l’a aimé à vingt ans, aime encore, à quatre-vingts, le "génie" qu’elle n’a peut-être pas revu. Ce ne sont pas des inventions ; ce sont des faits documentés. (P. 54).

Quand on demandait à Newton comment il avait pu découvrir son système mécanique de l’univers, il répondait : Nocte dieque incubando (j’y pensais jour et nuit). (P. 73) L’amour est avant tout une obnubilation de l’attention.

Les voyages nous obligent à sortir de nous-mêmes et à résoudre mille petits problèmes [...], ils parviennent ainsi à forcer la consigne de notre manie et ouvrent des portes dans la conscience hermétique par où entrent l’air libre et la perspective normale. (P. 80). Le voyage comme thérapie contre la maladie d’amour.

...je doute beaucoup que l’enrichissement de nos idées sur le divin vienne par les chemins souterrains de la mystique et non par les voies lumineuses de la pensée discursive. Théologie, et non extase. (P.87)

[1Roland Barthes : Le degré zéro de l’écriture.