0272.jpg plinous.org



Le random tour
  1. As-tu bien lu Le Père Goriot ?
  2. sonnet 226
  3. As-tu bien lu Phèdre ?
  4. sonnet 134
  5. Arcane radicale
  6. L’échec de Flaubert
  7. Exotica
  8. Les climats
  9. sonnet 240
  10. As-tu bien lu L’Étranger ?




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Demain, le monde

Demain, le monde

plinous, le mardi 13 février 2007.

Dieu sait que j’essaie de ne pas écouter mais rien n’y fait, je n’entends que ça : "avant France mieux danger avenir d’où valeurs travail plus dans ordre, mais républicain". Tous, ils tiennent tous le même discours, Max Gallo, Véronique Genest, Pascal Bruckner, Mathilde Seigner, sans aller chercher les comiques, Glucksmann ou Gynéco. Ce matin chez Demorand, le premier de la classe qui parle mal aux hommes politiques, c’était Gallo qui vomissait : en tant que Français et fier de l’être, comme Gérard au zinc de Chez Suzanne, ce grand pondeur de livres nous expliquait que peut-être, si si, attention, la France pourrait être aujourd’hui dans une situation proche de celle de 1940, ça paraît gros comme ça mais, attention, vous vous souviendrez que c’est moi qui l’ai dit etc. Quelqu’un a tenu à faire remarquer que les schleus n’étaient pas aux portes de Paris, mais ce quelqu’un n’avait pas bien saisi toute la profondeur de la comparaison galloïque : pour notre grand chercheur national, dont le prochain ouvrage ne proposera rien de moins qu’un décryptage de l’ "ADN de la France" (sic), l’ennemi est bien là, à la périphérie de nos villes ; oui, c’est lui bien sûr, le gars à casquette qui brûle des voitures en écoutant une musique qui parle.

Y en a marre de cette logorrhée martiale, de cette nostalgie myope, de cette démonstration de trouille. La guerre des mondes nous menace ? Sans doute, mais hier, quand c’était mieux, le monde était en guerre, pour de vrai. C’était le monde des sacro-saintes "nations", le coq contre l’aigle, le choc des "génies". Tout ce qu’ils mettent en avant (ils : les déjà cités plus tous les autres vieux) dans cette France qu’il faudrait aimer ou quitter - en vrac : les valeurs républicaines, la liberté, la sécu... tout ça provient d’une pensée universaliste (les Lumières) ou internationaliste (1936) ; le repli sur soi n’a jamais engendré autre chose que des catastrophes. Leur France est une vieille bonne femme qui couine. Tournons-nous vers la jeunesse du monde.