0966.jpg plinous.org



Le random tour
  1. C’était journée portes ouvertes à la ferme
  2. sonnet 174
  3. Tintin en Tchétchénie
  4. Nous avons besoins de médias de service public...
  5. Retour au noir
  6. histoire ignorée de la marine
  7. sonnet 016
  8. sonnet 013
  9. Sensual Courbet
  10. sonnet 127




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Littérature > Décès d’une autre star du bling-bling

Décès d’une autre star du bling-bling

plinous, le mardi 8 mai 2012.

Assez péniblement, je viens à bout de La Carte et le territoire de Houellebecq. Je n’attends pas le point final pour rédiger cette note, je suis convaincu d’avoir trouvé page 354 la phrase qui résume idéalement mon impression globale :

Il était assez déprimant de retomber en fin de compte sur la motivation criminelle la plus répandue, la plus universelle : l’argent.

Un crime La Carte et le territoire ? À des lecteurs intelligents que l’autodafé ne tentera jamais, je vendrais le terme, oui. En effet, infuser l’idée à longueur de pages que tout rapport humain est une blague et qu’il n’y a de sérieux et de vrai au fond que la possession de choses matérielles (Audi A6, Betterlight 6000-Hs, Samsung ZRT-AV2...), c’est faire du Cioran sous Sarkozy... Mais quand, en plus, on édulcore sa prose habituellement bien trash pour gauler le Goncourt et augmenter encore son hyper pouvoir d’achat, ce afin de pouvoir chier sa bile sur les journalistes de gauche, là on est dans l’escroquerie beaufesque, et vu les montants en jeu, on peut parler de crime. Crime d’avorton à la Zemmour, OK, mais pour qui la littérature est comme une bouteille d’oxygène, les miasmes dégagés par le talent putride du pote à Beigbeder - grand écrivain français - sont une pollution nocive.

Parce que bien sûr, il reste du talent chez l’écrivain auto-cadavérisé. Quelques perles dans la chiasse matérialiste complaisamment et suffisamment expulsée :

Jed était familier des principaux dogmes de la foi catholique – alors que ses contemporains en savaient en général un peu moins sur la vie de Jésus que sur celle de Spiderman.

Pour ce qu’il avait pu en observer, l’existence des hommes s’organisait autour du travail, qui occupait la plus grande partie de la vie, et s’accomplissait dans des organisations de dimension variable. A l’issue des années de travail s’ouvrait une période plus brève, marquée par le développement de différentes pathologies.

C’est rigolo, en effet. Comme les titres des tableaux que peint Jed : "Damien Hirst et Jeff Koons se partageant le marché de l’art", "Maya Dubois, assistante de télémaintenance"... Mais là où un David Lodge se sert de cette verve pour offrir un regard amusé et bienveillant sur le monde, Houellebecq se tue - une mise en abîme bien lourde et grotesque - et tente de nous tuer, car comme le chien du jardinier qui ne mange pas de salades mais empêche les autres d’en manger, si toute forme d’amour est étrangère au poulain d’Hachette, il ne faudrait pas que d’aucun y croie.