0123.jpg plinous.org



Le random tour
  1. sonnet 170
  2. sonnet 103
  3. Fortino Samano
  4. sonnet 059
  5. sonnet 260
  6. hi hi iphone
  7. sonnet 050
  8. sonnet 014
  9. sonnet 262
  10. sonnet 093




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Littérature > Catabases

Catabases

plinous, le samedi 21 janvier 2006.

J’entreprends ici, parce qu’il faut toujours bien entreprendre quelque chose, d’inventorier les occurrences littéraires du thème de la catabase ou nekuia. Ce passage obligé de tous les mythes, qui résonne dans toutes les littératures, a ceci de fascinant qu’il permet de séparer l’humanité commune (vous et moi) des héros. Les héros sont ceux qui descendent aux enfers - facile ! on le fera aussi - et en remontent (plus dur). Si vous avez des citations à me soumettre, je les recevrai avec joie.

Platon , Le Banquet (Discours de Phèdre)

Ils n’ont pas ainsi traité Orphée, fils d’Æagre. Ils l’ont renvoyé des enfers, sans lui accorder ce qu’il demandait. Au lieu de lui rendre sa femme, qu’il venait chercher, ils ne lui en ont montré que le fantôme, parce qu’il avait manqué de courage, comme un musicien qu’il était. Plutôt que d’imiter Alceste, et de mourir pour ce qu’il aimait, il s’était ingénié à descendre vivant aux enfers. Aussi les dieux indignés l’ont puni de sa lâcheté, en le faisant périr par la main des femmes.

Virgile, Énéide, VI, vers 125 et suivants. La Sibylle de Cumes s’adresse à Énée :

Rejeton de sang divin, Troyen, fils d’Anchise, la descente dans l’Averne est facile : nuit et jour, la porte du sombre Dis est ouverte ; mais revenir sur ses pas et s’échapper vers les brises d’en haut, voilà l’épreuve, voilà la difficulté. Peu nombreux sont ceux qui, chers à Jupiter le juste, ou emportés vers l’éther par l’ardeur de leur vertu, vrais fils de dieux, y sont parvenus.

Sate sanguine diuom,
Tros Anchisiade, facilis descensus Auerno ;
noctes atque dies patet atri ianua Ditis ;
sed reuocare gradum superasque euadere ad auras,
hoc opus, hic labor est. Pauci, quos aequus amauit

Iuppiter, aut ardens euexit ad aethera uirtus,
dis geniti potuere.

Racine, Phèdre Acte II scène 1 (Ismène)

On dit même, et ce bruit est partout répandu,
Qu’ avec Pirithoüs aux Enfers descendu
Il a vu le Cocyte et les Rivages sombres,
Et s’ est montré vivant aux infernales Ombres

Phèdre, Acte II scène 5 (Phèdre)

On ne voit point deux fois le rivage des morts,
Seigneur. Puisque Thésée a vu les sombres bords,
En vain vous espérez qu’un Dieu vous le renvoie,
Et l’avare Achéron ne lâche point sa proie.

Nerval, El Desdichado

Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d’Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.

Pascal Quignardl, La barque silencieuse

Héraklès, Admète, Dionysos, Orphée, Tirésias, Achille sont descendus aux Enfers et en sont revenus. À leur retour ils racontaient ce qu’ils y avaient vu [...] Jésus est descendu aux Enfers comme les autres héros. Mais on ne sait rien des Enfers de Jésus. [...] Ariston fit remarquer aussi aux Grecs : "Quand Ulysse fut descendu chez ceux qui ne respiraient plus [...] il ne désira pas voir leur reine [...] Puis Dante prit le chemin d’Owein, de Tungdal, de Drychtelm, d’Énée, d’Ulysse, de Gilgamesh et il descendit à son tour. [1]

Lucien dans la Nèkyomancie : Nous descendîmes aux Enfers. [2]

Pascal Quignardl, Les Désarçonnés

Le thème de la traversée de la mort ou du monde des morts par le héros, par le souverain, par le dieu, par le créateur est attesté dans de nombreux mythes, contes, légendes, histoires.
Gilgamesh descend aux enfers comme le dieu japonais Izanagi descend aux enfers, comme Orphée, comme Ulysse, comme Jésus, comme Dante etc.
 [3]

[1Pascal Quignard, La barque silencieuse. Folio, p. 36.

[2ibidem p. 140.

[3Pascal Quignard, Les désarçonnés. Folio, p. 66.